Frontenay Rohan Rohan

 

l'entrée du bourg côté Niort

l'entrée du bourg vers 1950

l'entrée du bourg en 2014

l'entrée du bourg en 2014

le bas de la rue Migault (vers Le centre-bourg)

le bas de la rue, années 1960

le bas de la rue en 2014

le bas de la rue, années 1920

le bas de la rue Migault (vers Niort)

en 2014

Le bas de la grande rue était le secteur des tisserands. Leurs maisons étaient munies d'un escalier extérieur qui conduisait à leur logis, tandis qu'ils tenaient leur atelier au rez-de-chaussée (cf 1ere photo). Les escaliers extérieurs ont aujourd'hui disparu (cf 2e photo).

 

le bief Chabot

le bief Chabot occupait tout le milieu de la rue

il a été détourné pour permettre la construction d'une chaussée

Le bief Chabot est le nom d'un petit cours d'eau qui traverse Frontenay Rohan Rohan, s'insinue entre les jardins et traverse les champs, tout en alimentant les fontaines et les lavoirs, avant de rejoindre la Guirande, affluent de la Sèvre.

Jusque dans les années 1970, il occupait même une portion de rue, la rue du Bief-Chabot (cf l'avant-dernière photo). Puis, pour les besoins de la circulation automobile, il a été légèrement détourné pour permettre au-dessus la construction d'une chaussée (cf dernière photo).

 

le haut de la rue Migault (vers Niort)

avant 1902

avant 1914

avant 1950

en 2014

l'ancienne salle des fêtes et la nouvelle salle polyvalente

l'ancienne salle des fêtes, avant 1985

la salle polyvalente, masquée derrière le sapin, en 2014

la salle des fêtes avant 1985

Remarquer le muret qui entourait à l'époque le champ de foire pour le protéger des roues des charrettes

la salle polyvalente en 2014

Construite en 1931, l'ancienne salle des fêtes sera démolie en 1982 pour faire place à la salle polyvalente. Celle-ci sera inaugurée en 1984.

le bas de la rue Giannesini

l'ancienne mairie et le bureau de poste accolé (surmonté par l'antenne du télégraphe)

l'église, les halles, le monument aux morts

les anciennes halles, détruites en 1921 pour l'érection d'un monument aux morts

l'église et le square Pasteur, avec en son centre le monument aux morts

le monument aux morts, érigé au milieu d'un petit square

aujourd'hui, on ne trouve plus au même endroit ni halles ni monument aux morts

le monument aux morts, sans sa statue, a été déplacé derrière l'église

Erigées au début du XIIIe siècles, les halles sont démolies en 1921, après consultation de la population, pour permettre l'érection à la place d'un monument aux morts.

Le monument surmonté d'une statue est placé au milieu d'un square, le square Pasteur, entouré de grilles.

En 1963, le conseil municipal vote la suppression des grilles pour permettre aux autobus de se garer.

La statue, en galvano-bronze, ne résiste pas à l'usure du temps. Un trou s'ouvre dans le cou, où vient se loger un essaim d'abeilles, avant que la statue ne finisse par s'effondrer.

En 1994, pour répondre notamment aux besoins de la circulation automobile, le monument est démonté et replacé derrière le chevet de l'église. 

La rue près de l'église

le champ de foire

avant 1909.

l'ancien atelier de charronnage a été surmonté d'un étage

les anciennes gendarmerie et poste

le haut de la rue Giannesini

le calvaire

A la sortie du bourg, devant le calvaire, le voyageur pouvait opter pour la route d'Epannes, en direction de La Rochelle, ou la route de Sansais, sur la droite (cf les photos anciennes). 

Avec la construction de la quatre-voie Niort-La Rochelle, la route de Sansais a disparu (cf photo actuelle).

 

Le château d'eau

La construction d'un château d'eau, votée en 1938 mais retardée par la guerre, commence en 1946. 

Quelques années plus tard, la municipalité fait repeindre le bâtiment avec un ton pierre à la place de la couleur du ciment, en agrémentant son sommet d'une espèce de crénelage supposé rappeler celui des tours de la forteresse médiévale. Aujourd'hui, ce crénelage s'est estompé sous l'effet des intempéries, mais la modernité lui en a donné un autre : celui des antennes de téléphonie mobile.

 

la gare autrefois

la gare d'autrefois, encadrée par les arbres

seuls aujourd'hui subsistent les arbres

...

la gare, et, au fond, l'ancien pont de fer

la gare a disparu, mais on distingue au fond le nouveau "pont de fer"

la gare, vue du haut de l'ancien pont de fer

ce qui reste de la gare, vu du haut du nouveau "pont de fer"

La gare de Frontenay a disparu, rasée dans les années 1990. L'ancien pont de fer, qui enjambait les voies ferrées pour permettre l'entrée du bourg aux voyageurs à pied ou à cheval, a également disparu, mais il a été remplacé par un nouveau pont qui réutilise la ferraille de l'ancien.

 

Pour aller plus loin

Les textes de cette page exploitent les informations fournies par l'ouvrage de Françoise Chauffier et Guy Brangier, Se souvenir de Frontenay-Rohan-Rohan et de son canton, Geste Editions, 2010

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×